En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Qu'est-ce que l'endométriose ?

Définition

Ceci est une définition générale de la maladie et de sa prise en charge. L’endométriose évolue différemment d’une femme à l’autre et les traitements proposés sont définis au cas par cas en accord avec la patiente. Ce qui est indiqué ici ne saurait se substituer à une véritable consultation.

L’endométriose est une maladie chronique des femmes en âge de procréer, caractérisée par la présence de foyers d’endomètre en dehors de la cavité utérine. On estime que 1 à 2 femmes sur 10 sont atteintes d’endométriose.
L’endomètre est la muqueuse interne de l’utérus. Sous l’influence des hormones ovariennes, il change d’épaisseur selon la phase du cycle. S’il n’y a pas de nidation (implantation de l’embryon dans la muqueuse utérine ou endomètre) après la fécondation, l’endomètre se désagrège et s’évacue à l’extérieur par le vagin : c’est ce qu’on appelle communément les règles.

Les foyers d'endomètre

- Chez les femmes atteintes d’endométriose, des foyers d’endomètre s’implantent dans les différents organes pelviens comme le péritoine (la membrane qui tapisse la cavité abdominale), les ovaires, l’intestin ou la vessie.

- Plus rarement, des foyers d’endomètre peuvent être présents dans d’autres organes comme le poumon ou les cicatrices cutanées. Ces foyers réagissent eux aussi aux fluctuations hormonales survenant lors du cycle menstruel. Ils s’épaississent, saignent, mais ne sont pas évacués par les voies naturelles (vagin).

- Ils provoquent alors aux endroits où ils se trouvent, des lésions et/ou des nodules et/ou des kystes ainsi que des réactions inflammatoires avec formation de tissu cicatriciel et d’adhérences entre les organes avoisinants.

Quelles sont les causes de l'endométriose ?

L’endométriose reste une maladie énigmatique dont on ne connaît pas, à ce jour, précisément les causes.
Plusieurs théories existent. La plus communément évoquée est celle de la « menstruation rétrograde », selon laquelle une petite partie des cellules de l’endomètre, au lieu de s’évacuer par le vagin au moment des règles, remonterait dans les trompes jusqu’à la cavité abdominale pour s’implanter sur différents organes (ovaires, vessie, intestin).
Étant donné qu'il apparaît souvent chez des femmes qui ne souffrent pas d'endométriose, le flux rétrograde ne saurait toutefois tout expliquer de la maladie. Des troubles du système immunitaire ou des phénomènes de transformation de tissu sain en tissu anormal sont aussi avancées par d’autres théories comme des causes du développement de la maladie.

Existe-t-il des facteurs de risque ?

Certains facteurs de risque ont été identifiés.
- Le risque de développer une endométriose semble plus important pour les femmes ayant eu des règles précoces, des cycles courts et réguliers, des règles abondantes ou une proche parente (mère ou une soeur) atteinte d’endométriose (facteur génétique).

- Des facteurs environnementaux pourraient également intervenir (exposition à des substances telles que la dioxine) sur le développement de la maladie.